21 mars 2011

La goualante du dernier homme

Poème inspiré par les assassinats de militants nationalistes et d'intellectuels baloutches  perpetrés par les forces de l'ordre pakistanaises (Iftikhar Arif traduit par Hidayat Hussain)  Les courtisans du roi sont satisfaits que  Pendent aux murailles de la ville  La tête tranchée, les bras en l’air  Ceux qui tenaient haut la tête  Les lamentations du peuple furent  noyées dans le vacarme des trompettes  Le capital de la patience fut épuisé par  le désarroi  de la prière... [Lire la suite]

18 mars 2011

Poème écrit dans une saison de peur

Poeme d’Iftikhar Arif traduit de l’ourdou par Hidayat Hussain     Les oisillons qui voulaient essayer leurs ailes Mesurer les contours des vents Craignent désormais de retourner à leurs nids Qui sait que quel trappeur veut expérimenter quel filet Quelles fleurs souhaite-t-il  faire éclore sur quelles branches Les prédateurs aveugles comme leur conscience Ne connaissant rien à la dignité Et quand les gibiers ne font pas défaut Veulent priver de voix les branches vivantes Veulent grand ouvrir les... [Lire la suite]
13 mars 2011

L’homme de Kaboul – Un "Polar" engagé

Note de lecture par Hidayat Hussain sur le roman « L’homme de Kaboul »de Cédric Bannel Ce Polar pour une fois ne prend pas comme héros un Occidental qui déjoue les desseins des ennemis de la civilisation mais un humble Afghan, un policier consciencieux qui prend ses enquêtes au sérieux même au risque de déplaire aux « Pouvoirs » à savoir le gouvernement en place à Kaboul et les forces de coalition.  C’est Oussama Kandar, le chef de la Brigande Criminelle de Kaboul. La vie d’Oussama Kandar est parcourue de... [Lire la suite]
Posté par hidayat hussain à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,