(Hidayat Hussain)

 Tout récemment je me suis rendu au mausolée de Bénazir Bhutto qui est devenu un lieu de pèlerinage majeur pour les paysans du Sind. Devant son tombeau j’ai trouvé un écriteau géant en vers intitulé «Lamentation pour la fille de Zulfiqar » ( ‘Zulfiqar’ sabre à double tranchant que portait Ali, gendre du prophète Mohamad – c’est également le prénom du père de Bénazir, Zulfiqar Ali Bhutto). La famille Bhutto bien qu’étant de confession shiite ne s’est jamais servie de son appartenance confessionnelle à des fins politiques. Toutefois, ses fidèles ont mis en parallèle le martyre de Bénazir et celui d’ Hussain, petit-fils du prophète, dont le martyre à Karbala alimente toujours le dolorisme shiite. On notera aussi que l’écriteau reprend certain slogans (l’allusion aux juifs et aux blancs) mis en avant en Iran depuis la révolution de Khomeiny (des slogans que Bénazir elle-même n’aurait jamais utilisés). Voici l’écriteau traduit en français : 

 

 

 

 

Ecriteau au Mausolée de Bénazir

 

Muslim Bin Aqil (l’un des compagnons de Hussain, petit-fils du prophète Mohammad) reçoit des centaines de missives de « Koufa » (Ville à proximité de Karbala où Hussain et ses compagnons furent attirés sous de faux prétextes et par la suite mis à mort par Yazid, le prétendant au califat, opposé par Hussain)

 

Que les rues de Koufa l’attendent

Le soir du 27 (le 27 décembre 2007 quand Bénazir fut assassinée), le soir des pauvres (référence à la famille de Hussain égarée sous chaleur sans eau le soir qui a suivi le martyre de Hussain à Karbala), ces fleurs sur le chemin de Bénazir et ce linceul neuf dans lequel elle fut drapée à Liaquat Bagh (le lieu du martyre de Bénazir à Rawalpindi)

Comme Muslim Bin Aqeel la fille de Zulfiqar a marché devant

Ainsi s’est- elle fait trancher la tête, cette fille sans pareille

Quand l’assassin s’est retourné en épouvante, il vit une tête de plus tranchée en ce qui était une réédition de Karbala

Une innocente s’est avancée pas à pas avec Zainab (soeur d’Hussain dont le mausolée se trouve à Damas), et un assassin s’est condamné à jamais au mépris

Du sang coulait à ne s’arrêter, l’assassin a beau se dissimuler mais il avait le visage de Shi mar (celui qui avait tranché la tête d’Hussain)

L’assassinat d’Hussain fut en réalité la mort de Yazid (Le calife dont le Califat a été mis au défi par Hussain), et l’assassinat de Bénazir est en réalité la mort des juifs (« Yahud ») et des blancs ou européens (« Farang »)

 

Ecriteau_sur_le_tombeau_de_B_nazir